La bioluminescence, ou l’art de la lumière vivante

La bioluminescence est la capacité de certains organismes vivants de produire de la lumière, que ce soit sur terre ou au fond des océans. C’est une source de lumière qui ne demande ni énergie ni infrastructure, puisque c’est une réaction biochimique naturelle.

Faites un saut en 2040, le temps d’une fiction.

Fiction —

La bioluminescence, ou l’art de la lumière vivante

Analyse de la fiction

On la retrouve chez certaines espèces terrestres comme les lucioles, les champignons et le vers, mais aussi dans les océans où près de 90% des organismes des grands fonds sont bioluminescents.

Et si cette émission lumineuse naturelle venait comme une alternative durable et responsable à l’éclairage électrique, pour prendre soin de notre planète ?

L’enjeu de la lumière en ville

L’éclairage urbain est une nécessité pour voir la nuit, c’est un confort et une sécurité nécessaires pour les citoyens, aussi bien pour les piétons que les voitures.

Pour autant, notre gestion de la lumière en ville n’est pas idéale, à l'heure où le constat écologique est d’autant plus lourd de conséquences.

Et à l’échelle mondial, l’éclairage urbain représente 19% de la consommation électrique, soit plus de 5% des émissions de gaz à effet de serre.

En France, il est responsable de 5,6 tonnes d’émissions de CO2 par an. Et coûte près de 2 milliards d'euros par an.

On parle aussi souvent de pollution lumineuse. Qu’est-ce que c’est exactement ?

Elle est considérée comme un excès nocturne de production lumineuse en milieu ouvert, d’origine humaine, conduisant à dégrader la perception de l’environnement.

La Paz, Bolivie

Elle nuit à la fois à l’homme et à la faune et la flore.

En effet, la surexposition lumineuse viendrait perturber le cycle circadien de l’homme et provoquerait des troubles du sommeil.

Sur la biodiversité, l’impact est aussi important car l’éclairage artificiel vient perturber les rythmes biologiques, les relations proies-prédateurs et les voies de déplacements des animaux. Cela à un impact notamment sur la pollinisation, pour ne citer qu’un exemple concret.

Malgré ce mauvais constat écologique et économique, l’éclairage urbain reste une nécessité. Alors comment le rendre plus durable et raisonné ?

La bioluminescence, phénomène biochimique naturel

Cette production de lumière se produit grâce à une réaction chimique entre une protéine substrat, la luciférine, et une enzyme, la luciférase.

Et pour que la réaction chimique se fasse, il faut un catalyseur produit par un être vivant, qu’on appelle l’ATP.

Ce phénomène étonnant est essentiel aux organismes qui le développent pour la survie de leur espèce.

Certains l’utilisent comme appât pour se nourrir, et d’autres encore pour se reproduire.

D’autres  s’en servent pour se défendre et se protéger des prédateurs, comme par exemple les ostracodes qui réagissent aux forts mouvements des vagues et recouvrent la mer de mille étoiles brillantes.

Plage aux Maldives

Cette source de lumière froide, non agressive, se produit naturellement dans la nature.

Et en parallèle, nous créons dans nos villes des éclairages urbains polluants, tout en voulant revenir à une conception plus responsable et mesurée de la lumière en ville.

Et si la bioluminescence était alors une solution possible ?

Une opportunité pour le futur ?

Le principal atout de la bioluminescence, c’est que c’est une ressource inépuisable, les bactéries responsables de la réaction biochimique sont cultivables à l’infini.

C’est également un bon moyen de diminuer la pollution lumineuse, en proposant un éclairage urbain plus doux, plus diffus, dans des tons plus froids.

Comment concilier bioluminescence et éclairage urbain ?

C’est la question que s’est posé Glowee, une entreprise qui propose une nouvelle typologie de lumière : vivante, biologique, liquide et respectueuse de la biodiversité comme des citoyens.

Glowee

En utilisant l’éclairage naturel comme alternative à la lumière artificielle, ils proposent de remodeler les paysages dans une démarche responsable et créative.

Plus concrètement, ils présentent des gammes de mobilier urbain mais également des expériences immersives et kits pédagogiques pour faire connaître et répandre cette pratique.

Pour autant, cette démarche demande encore un temps de recherche et développement pour pouvoir s’installer à grande échelle et remplacer notre système d’éclairage urbain actuel.

Toujours est-il que c’est une piste de réflexion intéressante et viable, qui ne demande qu’à se développer dans le futur.

Et pour mieux comprendre le fonctionnement de la bioluminescence et sa présence naturelle dans l’environnement, vous pouvez regarder cette vidéo :

No items found.
No items found.

Liens :

<- Accueil-> Lire la fiction suivante